International,  Israël

Gaza : aggravation du conflit

Gaza : aggravation du conflit

par Eber Haddad


Jeudi 20 mai 2021

On assiste en ce moment à Gaza à une aggravation du conflit, mais surtout un véritable tournant, de la guerre que l’Iran livre à Israël depuis près de quatre décennies.
Le « conflit » actuel a été déclenché sans aucune raisons particulières par le Hamas, dictature théocratique qui règne sur Gaza de manière autoritaire depuis 2005. L’Iran a pour unique objectif, et le répète à qui veut l’entendre, la destruction de l’État d’Israël, ni plus, ni moins.
L’Histoire nous a appris qu’il faut toujours prendre au sérieux un régime totalitaire quand il déclare ouvertement ses intentions génocidaires ou de suprématie régionale. Mal en a pris à ceux qui n’ont pas pris Hitler et les nazis au sérieux.


Le Hamas, organisation terroriste reconnue comme telle par la quasi-totalité du monde « libre », est devenue avec une autre de ses subdivisions, le Djihad Islamique, un gang de mercenaires à la solde des Ayatollahs, au détriment de ses propres intérêts et de ceux de sa population.
Curieusement une grande partie du monde ne veut pas le voir et ne trouve rien à redire. Maintenant que les terroristes du Hamas sont, à l’instar du Hezbollah, les supplétifs de la théocratie iranienne, ils font partie de cette stratégie consistant à attaquer Israël sur tous les fronts. Une partie des états européens, de même que le monde arabe et certains états africains, feignent de l’ignorer ; normal pour ces deux dernières entités, elles ont été soumises par des pouvoirs dictatoriaux à une intense propagande et un lavage de cerveaux sans précédent depuis plus de 70 ans, mais ce n’est pas acceptable de la part des états européens qui se font ainsi complices d’un second génocide des Juifs, celui promis par l’Iran.


Quant aux médias occidentaux où œuvrent des journalistes souvent malhonnêtes, qui se disent « progressistes », ou sont tout simplement corrompus, ils sont la lie de l’humanité et ne méritent au mieux que notre mépris et éventuellement nos insultes, nos malédictions et nos crachats. Ces médias, ou la plupart d’entre eux, ont décidé de jouer la carte de l’émotionnel partial plutôt que du rationnel objectif qu’ils sont supposés pratiquer dans leur profession et se gardent de réellement informer ou de dire les vérités qui fâchent. Ils se rangent ainsi du même côté que ces organisations terroristes qui sont en train de vassaliser l’Europe, de commettre des attentats à répétitions et y fomenter une guerre civile, pour l’instant de basse intensité, mais déjà commencée dans certains pays.


Les organisations islamistes ou islamo-gauchistes, celles de la gauche bien-pensante et les médias occidentaux ou ceux des pays émergeants montrent une irrationalité est une iniquité comme on le voit rarement dans n’importe quel autre conflit, pour qui rien de plus atroce n’a jamais existé, Israël est le seul coupable et leur mémoire est défaillante. Ils ont totalement fait l’impasse sur tout le reste :

– Oubliés les 500.000 morts en Syrie à cause d’une guerre civile menée par un dictateur cruel et sans scrupule, qui a fait déplacer plus de la moitié de son peuple et laissé son pays en ruines.

– Oubliée la guerre dévastatrice du Yémen qui a fait et fait encore des dizaines de milliers de morts parmi les civils.

– Oubliés les dizaines de milliers de Chrétiens massacrés au Nigéria

– Oubliés les 14 millions de ouïgours maltraités et, pour plus d’un million et demi d’entre eux, enfermés dans des camps de concentration où ils subissent les pires sévices ou sont carrément mis à mort et utilisés pour en prélever des organes destinés autant à l’export qu’aux dignitaires du régime.

– Oubliée toute la maltraitance dictatoriale que subissent de nombreux musulmans dans leurs propres pays et par leurs propres gouvernements.

– Oubliées les guerres fratricides intra-musulmanes qui ont provoqué des millions de morts, etc…


le Hamas a tiré au mortier sur les camions Israéliens venus livrer à Gaza des produits alimentaires et autres nécessités.

Tout cela n’a bien sûr « aucune importance », mais Israël, pays minuscule et sans profondeur stratégique, qui se fait pilonner par plus de 3500 missiles n’a absolument pas le droit de se défendre, selon eux, même s’il le fait avec une précision chirurgicale qui minimise de façon extraordinaire les victimes civiles, ce qui est loin d’être évident quand les terroristes du Hamas utilisent ces mêmes civils comme « boucliers humains », particulièrement les femmes et les enfants.
L’URNWA appelle à l’aide et alors qu’Israël, unique fournisseur d’électricité et d’eau à Gaza, était en train de leur faire parvenir des produits alimentaires et autres nécessités, le Hamas a tiré au mortier sur les camions venus les livrer.


Nous baignons dans l’irrationalité la plus complète pour ne pas dire la folie douce.


Promouvoir un « cessez-le-feu » aujourd’hui, comme semble le faire Biden, sous la pression de son extrême-gauche, celle qui traite Israël d’état pratiquant l’apartheid et l’Iran comme un interlocuteur privilégié, alors que le boulot n’est pas terminé et que le Hamas garde intacte une grande partie de son arsenal et de ses capacités offensives destinées à tuer le maximum de civils en Israël, est non seulement irresponsable mais criminel.
C’est permettre ainsi à cette organisation, à présent chaperonnée par les « gardiens de la révolution » iraniens, une version islamique des Schutzstaffel SS de l’Allemagne nazie, de se regrouper, de se réarmer et de préparer la prochaine guerre qui sera encore plus sanglante et certainement plus destructrice. C’est ce que l’ONU avait fait au Liban, à l’instigation de Chirac, et qui a permis au Hezbollah, sous la protection de la FINUL, de devenir une puissance militaire disposant de plus de missiles balistiques que la plupart des pays de l’OTAN.


À l’ONU se prépare un autre Munich avec l’accord des États-Unis de Biden, cédant ainsi à l’extrême-gauche de son parti et aux salopards du Département d’État, responsables de tant d’erreurs de jugements et de massacres en série. Israël n’a plus vraiment d’alliés de poids même si l’Allemagne, l’Autriche, la Tchéquie, la Hongrie, l’Australie et quelques autres pays sauvent encore un peu l’honneur du monde occidental.


Israël s’est fait beaucoup « d’ennemis automatiques et systématiques » d’abord parce que c’est un état juif ensuite parce qu’il était l’allié des États-Unis et que l’Union soviétique (URSS), la Mecque des progressistes de tous poils, soutenait les Arabes pendant la « guerre froide ».
Depuis c’est Israël, ses quelques arpents de terre et ses 6 millions d’habitants, qui sont devenus « Goliath », alors que le milliard quatre-cent millions de Musulmans établis sur 50 pays, dont la plupart rêvent de manière obsessionnelle de la destruction d’Israël, fut-ce au prix de leur propre sous-développement, sont considérés comme les « faibles », les « David » en quelques sortes…

Il est devenu normal également qu’Israël et le peuple juif, présents sur ces terres depuis plus de 3000 ans et prononçant plusieurs fois par jour le nom de Jérusalem dans ses prières, perde ses droits et soit considéré comme le colonisateur au profit d’un peuple et d’un état qui n’ont jamais existé dans l’Histoire et dont le livre saint, le Coran, ne mentionne pas une seule fois le nom de Jérusalem, lieux qu’ils revendiquent en exclusivité !
Qu’importe, le Mont du Temple dont même Jésus avait chassé les marchands selon le Nouveau Testament, est baptisé officiellement « Esplanade des Mosquées » ! L’UNESCO elle-même a décidé de dissocier le lieu le plus saint du Judaïsme du peuple juif qui, comme la propagande n’arrête pas de l’assener, n’existe pas.


Le déni de réalité à chaque tournant.


Tous les mouvements de libération à travers le monde sont honorés et considérés comme sacro-saints sauf celui de la libération du peuple juif, pourtant persécuté par tous depuis 20 siècles. Et ce sont ces mêmes Musulmans qui ont pratiqué la purification ethnique à l’endroit des Juifs en expulsant, de gré ou de force, les un millions deux-cent-cinquante mille qui y vivaient, Dhimmis pendant près de quatorze siècles (citoyens de seconde zone, sans droits ni libertés) qui sont à présent dans le rôle de victimes et les détenteurs de la justice et du bon droit !


Quand le monde se met à marcher de guingois et sur la tête c’est généralement annonciateur de grandes catastrophes à venir.


Un avant-dernier mot, sur la France, a présent : Castex, une sorte de Daladier au rabais, a prononcé un discours effarant hier à l’assemble nationale, marginalisant encore plus la France dont la voix n’a aucune importance dans cette région. Alors que son pays combat au Mali les Islamistes proches du Hamas et que cette même engeance est responsable de tous les attentats que nous connaissons, y compris récemment contre les Forces de l’ordre, c’est Israël qu’il a choisi de blâmer. On ne peut savoir s’il s’agit de dissonance cognitive, d’antisémitisme primaire, de manque de maturité politique ou d’une monstrueuse stupidité, mais ça n’augure rien de bon pour l’avenir de la France et celui des Juifs en son sein.


Le dernier mot restant pour les États-Unis de Biden : celui-ci n’a pas mis comme condition au retour sur les négociations de la JCPOA avec l’Iran, l’arrêt de l’incitation par ce pays de la violence à Gaza ni ne lui a suggéré la moindre restriction dans le financement généreux d’armes sophistiquées à un mouvement terroriste, reconnu comme tel par les États-Unis. Bien au contraire c’est l’Iran qui impose ses conditions et qui essaye d’obtenir le maximum de concessions en faisant un chantage odieux à propos de Gaza.

Please follow and like us:
Pin Share

One Comment

  • Laetizia GRAZIANI

    Cygne Noir pourrait présenter le point de vue de l’autre bord, celui des Palestiniens, pour une information pluraliste, équilibrée, en se gardant du manichéisme.

    Dans l’article ci-dessus, certains faits sont méconnus ou présentés de façon fallacieuse. Un exemple : « guerre civile en Syrie » alors que l’on sait que la Syrie a été attaquée après que Bachar el-Assad ait choisi le tracé d’un gazoduc qui ne servait pas les intérêts de certains voisins et de leurs alliés. Ce fait est bien connu pourtant et a largement été informé dans de nombreux medias de différents bords politiques.

    Partager avec Cygne Noir des articles de mon blogue ne signifie pas que je partage le point de vue de cet article

    Stanislas Berton :
    « Il faut se demander chaque jour ce que l’on peut faire pour la France. » 😍 😍

    Je partage ce projet avec Cygne Noir. 👍 👍

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Avant tout, consultez notre journal (presque) quotidien, sur la page "ACCUEIL" !
Les perles et signaux faibles du jour...

X